Un très bref résumé de l’ histoire de l’astrologie occidentale, partie I

Introduction :

Depuis l’Antiquité et sans doute avant, partout dans l’humanité se sont formés des systèmes astrologiques car les astres sont observables de tous les endroits terrestres et chaque culture avait trouvée, inventée sa propre astrologie ainsi que l’art d’établir des horoscopes appelés « horoscopie ».

On distingue trois blocs continentaux dans lesquels se sont développés des systèmes astrologiques :

  1. Le continent Sud Américain : les peuples mayas de la culture pré-colombienne possédaient leur propre système astrologique, lequel a disparu avec le génocide de ses habitants par les conquistadors espagnols.
  2. L’astrologie sino-tibétaine dite astrologie chinoise qui est un système à la fois stellaire et planétaire. Il y a 111 étoiles fixes en plus des planètes, les unes liées aux autres ainsi qu’à un cycle lunaire. L’astrologie chinoise est nettement plus lunaire que solaire.
  3. L’astrologie occidentale née au Moyen-Orient et dans le sud de l’Europe (Grèce): basée sur la position des planètes, sur les équinoxes et la zone du zodiaque et ses symboles divisés en 12 signes. Le rôle des étoiles y est plutôt réduit, c’est avant-tout un système solaire.

I) Génèse de l’astrologie occidentale

Elle est d’origine Chaldéenne d’une part, c’est à dire moyen-orientale avec aussi forcément des apports venant de l’Egypte, mais aussi Grecque puisque le système de la division zodiacale du ciel en 12 signes était déjà connu depuis bien longtemps dans le bassin méditerranéen.
Ce sont les échanges commerciaux entre la Grèce et la Chaldée qui donneront naissance à la base qui servira à engendrer l’astrologie occidentale telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Carte de la région Chaldéenne au temps de l'antiquitéCiel du Zodiaque et ses symboles

C’est dans le Nord de la Mésopotamie, à Ninive, actuellement le nord de l’Irak, il y a près de 5000 ans où sont consignés et classés parmi les 30 000 tablettes de la bibliothèque d’Assurbanipal, des écrits astronomiques et horoscopiques, les premiers datés et retrouvés à ce jour. Ces tablettes furent découvertes en 1852.
Voici un extrait de ces fameuses tablettes: « Si Mars se lève à sa naissance il deviendra un grand chef de guerre, quand Saturne culmine dans son ciel natal il deviendra un prêtre respecté, si Jupiter natal se couche, sa femme prendra sur lui l’ascendant« .

Carte de la Mésopotamie

 

 

II) D’Athènes à Rome

Grâce aux échanges commerciaux, les connaissances en astrologie sumérienne se propagent en Grèce où l’astronomie et l’astrologie se confondent de plus en plus dans la même discipline et n’ont de cesse de progresser touchant même des domaines comme la médecine.

Tandis que l’astronome-astrologue Ptolémée publie le Tetrabiblos, résumé des savoirs astrologiques suméro-hellenistiques, l’astrologie continue son ascension pour triompher à Rome où elle s’est propagée. Les classes aisées de l’Empire Romain consultent des astrologues pour connaître leur horoscope.

Empereur DiocletienEmpereur Justinien

 

En 287 après JC, l’Empereur Romain Dioclétien décide de l’interdire, les astrologues sont harcelés et pris en chasse…les ennuis continuent en 367 au Concile de Laodicée où le canon 36 décrète:  » [..] défend aux prêtres et aux clercs d’être magiciens, enchanteurs, mathématiciens ou astrologues, de faire des ligatures ou des phylactères (amulettes) et commande de chasser de l’Église ceux qui en font l’usage » : on ne peut pas être plus clair, et pourtant le pouvoir Catholique ira encore plus loin en l’An 400 de notre ère par le concile de Tolède qui frappera d’anathème celui qui croit en l’astrologie. Le dernier bastion des astrologues à Athènes, une école, sera fermée par l’Empereur Justinien en l’an 500. Les astrologues n’ont pas d’autres choix de se réfugier en Perse, tandis que l’Eglise Chrétienne en Europe est triomphante et que l’astrologie y sera absente durant quatre siècles !

 

 

 

III) Exil Musulman et retour en Occident

A partir du VIIIème siècle, les peuples musulmans récupèrent et intègrent le savoir astrologique et le diffuseront lors de leurs conquêtes territoriales, des savants comme Mah’allah et Alcabitus consigneront leurs savoirs en astrologie dans un traité pour l’un, un ouvrage pour l’autre intitulé « Introduction à l’Art de l’Astrologie »:

Portrait d'Albert Le GrandSaint Thomas d'Aquin, disciple d'Albert Le Grand

Aux XII ème et XIII ème siècles, des savants Occidentaux comme Albert le Grand et son disciple Thomas d’Aquin réhabilitent l’astrologie en en faisant une discipline naturelle et savante et non fataliste car le déterminisme de l’astrologie est toujours condamné par l’Eglise.
Au XVI ème siècle, l’astrologie tombée en disgrâce dans les pays musulmans, décline, tandis qu’en Occident, elle est à son zénith, elle est même enseignée à l’Université.

Hélas, en 1666, Colbert créera l’Académie des Sciences Françaises et décrètera que l’astrologie n’a plus sa place à l’université…

Colbert à l'Académie des Sciences Francaises

…la discipline ne fait plus partie du savoir officiel et la distinction entre astrologues et astronomes est officielle, on peut être l’un ou l’autre, mais on ne peut plus prétendre être les deux à la fois… Coup de grâce dans les années 1710 : l’impression des éphémérides et tables des maisons est arrêtée, les astrologues ne peuvent plus effectuer leurs calculs. La science rationaliste triomphe, l’astrologie est considérée comme une croyance ancienne.

Fort heureusement l’astrologie reviendra en force à partir des années 1898. Au XX ème siècle elle prend la place qu’elle occupe aujourd’hui, sous forme d’horoscopes publiés dans les journaux, à la télévision, sur internet. C’est à la fois une discipline sérieuse, un loisir récréatif, une méthode de développement personnel. Certains astrologues deviennent des stars, comme Nostradamus en son temps et certains hommes politiques ont recours à leur savoir, à l’instar de François Mitterrand consultant dans le plus grand secret Elisabeth Tessier.

Le Scandale des années 90: Mitterand avait consulte la célèbre astrologue Elisabeth TessierCette dernière a obtenu en 2001 le titre de Docteur en sociologie en soutenant une thèse intitulée : « Situation épistémologique de l’astrologie à travers l’ambivalence fascination-rejet dans les sociétés postmodernes« – ce qui suscita une controverse dans les milieux universitaires et intellectuels.
Enfin à une époque de moins en moins religieuse, elle n’est plus la cible de l’Eglise Catholique et la plupart des Chrétiens ne la condamnent plus, bien au contraire, ils ont même toléré, intégré et banalisé sa pratique, beaucoup d’entre eux ont su concilier la lecture de leur horoscope, à l’instar des païens et des laïcs, avec leur pratique religieuse.

 

Auteur de cet article : Patrice
Share